Archives de Tag: Journalisme Citoyen

Petit paradoxe

Quand on s’inscrit sur Twitter, le site sur lequel on peut s’informer des tremblements de terre avant tout le monde, et surtout avant les journalistes, on reçoit un mail de confirmation

Et que dit-il?

The New York Times calls Twitter « one of the fastest-growing phenomena on the Internet. » TIME Magazine says, « Twitter is on its way to becoming the next killer app, » and Newsweek noted that « Suddenly, it seems as though all the world’s a-twitter.

C’est marrant que l’avenir de l’information en ligne, qui veut se passer de ces vieux journaux, continue à les citer comme une référence. C’est bien parce qu’on a besoin de marques crédibles et identifiées pour s’informer, ce que les flux d’info issues du web en entier ne garantissent pas encore.

A ces marques d’exploiter ce capital rare sur le web.

Poster un commentaire

Classé dans Journalisme Citoyen

Le journaliste de demain: un agrégateur

Une trilogie longue et passionnante sur le blog novövision prévoit l’avenir du journalisme.

En trois articles(« Où se joue la bataille de l’info? Le buzz, idiot!« , « Un journalisme de re-médiation« , « Tu seras un agrégateur humain, mon fils!« ) Narvic peint le journaliste du futur et il va en effrayer quelques uns.

Fini le journaliste « plumiste », célèbre, envié et qui peut rentrer partout. Demain, il ne sera plus qu’un, au milieu du web. On attendra de lui qu’il soit capable « d’aggréger » les flux d’infos. Il devra trier le bon grain de l’ivraie, le vrai du faux, l’intéressant de l’inutile. Autant de choses que les agrégateurs informatiques n’arrivent pas à faire. (et n’arriveront vraisemblablement jamais)

Mais le contenu « brut » viendra de partout, de tout le monde. Est-ce que les journalistes seront prêts à perdre leur prestige social? Ce sera ça ou le chômage…

Reste une inconnue dans la démonstration. Si les journalistes deviennent de simples agrégateurs, qui enquêtera? L’enquête coûte cher à produire et demande des compétences particulières. Et surtout beaucoup de temps ainsi qu’une indépendance de tout pouvoir (surtout publicitaire) qui semble devoir disparaître dans ce modèle.

Une solution éventuelle: pourquoi pas un service public de l’info en ligne? Comme pour la radio et la télévision.

1 commentaire

Classé dans Journalisme Citoyen

De la rapidité

Dans un post sur son blog, Francis Pisani revient sur le risque qu’Internet canibalise le journalisme. Il note que le séisme du Sichuan a été signalé 45 minutes plus tôt sur Twitter que sur Google Actualités.

Il en déduit que certains sites participatifs sont donc plus efficaces pour informer. Je suis assez sceptique sur ce point de vue et partage l’avis de nombre de commentaires.

Pour s’informer sur Twitter, il faut être déjà hyperconnecté et avoir beaucoup de temps, ce qui est loin d’être le cas de la majorité des internautes.

Mais surtout, et la cas du séisme le montre, ce site est bon pour signaler des évènements exceptionnels très rapidement. Mais tout ça reste très factuel. Qui fera le décompte des victimes? Pourra raconter la réaction des autorités chinoises? Suivre des secouristes? Enquêter sur la solidité des immeubles chinois?

Seulement des journalistes.

En fait, Twitter décharge les journalistes de la charge la plus ingrate: le signalement factuel d’évènements, rapidement et sans aucun recul. Comme quoi Twitter pourrait être une bénédiction pour le journalisme.

1 commentaire

Classé dans Journalisme Citoyen