Allemagne: pas de webjournalisme pour le secteur public

Dans une dépêche AFP, on apprend que l’Allemagne vient d’interdire aux sites d’information de diffuseurs publics (ARD, ZDF pour la télé) de recourir à la publicité.

En cause: la concurrence déloyale!

Cette décision a été prise sur les conseils de Bruxelles et sur pression des médias privés allemands. Ils reprochent aux sites publics d’utiliser de la pub alors qu’ils touchent la redevance.

Pourquoi pas? Comme le dit la dépêche « les groupes privés (…) jouent leur survie financière » sur le web. Cette décision pourrait leur donner un coup de pouce.

Mais, plus étonnant, les chefs de Länder allemands (compétents en la matière) ont même exclu que les diffuseurs publics bâtissent leur propre rédaction en ligne. Seuls « des contenus strictement liés aux programmes diffusés » seront autorisés.

Et là on se demande pourquoi. A la radio, à la télévision, les deux modèles cohabitent sans que l’on parle de concurrence déloyale. Alors pourquoi Internet devrait-il être différent? Surtout, cette cohabitation permet une diversité de l’information. Un site d’information public pourrait sortir d’un financement uniquement par la pub qui pose forcément des problèmes d’indépendance.

A partir du moment où cette décision a été appuyée par deux commissaires européens, elle est aussi virtuellement valable pour la France. Dommage, la commission Copé n’a encore rien dit à ce sujet…

Plus de détails sur cette très bonne synthèse du SPIEGEL ONLINE (en allemand).

Photo: DPA

Publicités

1 commentaire

Classé dans Actualités

Lefigaro.fr et Orange lancent une émission politique

A lire sur lefigaro.fr. Une émission quotidienne de 7 minutes visible en direct, début le 2 juin avec François Fillon.

Le plus intéressant est qu’Orange s’associe au projet et prouve encore une fois son intérêt pour la production de contenu. Surtout, on pourra voir l’émission sur son téléphone, « dans le métro » en rentrant du travail.

Les deux sites, qui cumulent 5 millions de visiteurs uniques, espèrent rentabiliser l’émission avec la pub.

Seule interrogation: l’émission osera-t-elle aborder des sujets comme les ententes dans la téléphonie ou les abus des fournisseurs d’accès internet ?

Je ne vois toujours pas de charte déontologique sur le site orange.fr…

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

Petit paradoxe

Quand on s’inscrit sur Twitter, le site sur lequel on peut s’informer des tremblements de terre avant tout le monde, et surtout avant les journalistes, on reçoit un mail de confirmation

Et que dit-il?

The New York Times calls Twitter « one of the fastest-growing phenomena on the Internet. » TIME Magazine says, « Twitter is on its way to becoming the next killer app, » and Newsweek noted that « Suddenly, it seems as though all the world’s a-twitter.

C’est marrant que l’avenir de l’information en ligne, qui veut se passer de ces vieux journaux, continue à les citer comme une référence. C’est bien parce qu’on a besoin de marques crédibles et identifiées pour s’informer, ce que les flux d’info issues du web en entier ne garantissent pas encore.

A ces marques d’exploiter ce capital rare sur le web.

Poster un commentaire

Classé dans Journalisme Citoyen

Le journaliste de demain: un agrégateur

Une trilogie longue et passionnante sur le blog novövision prévoit l’avenir du journalisme.

En trois articles(« Où se joue la bataille de l’info? Le buzz, idiot!« , « Un journalisme de re-médiation« , « Tu seras un agrégateur humain, mon fils!« ) Narvic peint le journaliste du futur et il va en effrayer quelques uns.

Fini le journaliste « plumiste », célèbre, envié et qui peut rentrer partout. Demain, il ne sera plus qu’un, au milieu du web. On attendra de lui qu’il soit capable « d’aggréger » les flux d’infos. Il devra trier le bon grain de l’ivraie, le vrai du faux, l’intéressant de l’inutile. Autant de choses que les agrégateurs informatiques n’arrivent pas à faire. (et n’arriveront vraisemblablement jamais)

Mais le contenu « brut » viendra de partout, de tout le monde. Est-ce que les journalistes seront prêts à perdre leur prestige social? Ce sera ça ou le chômage…

Reste une inconnue dans la démonstration. Si les journalistes deviennent de simples agrégateurs, qui enquêtera? L’enquête coûte cher à produire et demande des compétences particulières. Et surtout beaucoup de temps ainsi qu’une indépendance de tout pouvoir (surtout publicitaire) qui semble devoir disparaître dans ce modèle.

Une solution éventuelle: pourquoi pas un service public de l’info en ligne? Comme pour la radio et la télévision.

1 commentaire

Classé dans Journalisme Citoyen

Mediapart en partie gratuit

Mediapart a décidé de rendre une partie de ses articles librement accessibles. Exemple ici. Ils sont signalés par ce symbole très clair:

C’est une petite révolution pour ce site d’info qui se voulait entièrement payant, pour ne pas dépendre de la publicité. Lancé en mars 2008, Mediapart serait encore loin de ses objectifs d’abonnements (25 000 d’ici fin 2008). La gratuité partielle pourrait permettre d’attirer des lecteurs et de les convaincre de payer 9 euros/mois pour s’informer.

Mediapart est un modèle totalement différent de site d’info. Il refuse notamment l’actualisation permanente du contenu pour publier trois « éditions » par jour. Des infos exclusives et très chaudes restent donc en une des après-midi entières, alors qu’elles ne le sont plus du tout 1 heure après leur publication, comme le raconte Versac sur son blog

Patrick Couve, dans un post sur les dernières assises du journalisme, revient sur cette ouverture, signe pour lui des difficultés de Mediapart. Dans les commentaires, Edwy Plenel, révèle qu’il y a pour l’instant 7200 abonnés, conformes aux prévisions. Et il s’attaque vivement aux sceptiques…

Poster un commentaire

Classé dans Actualités

Sarkozy: le web tue la presse

Sur RTL ce matin, Nicolas Sarkozy: « le problème d’internet est considérable (…) c’est quand même pas sain que le journal soit gratuit sur internet »

Nicolas Sarkozy voudrait-il interdire aux journaux de chercher leur propre modèle économique sur le web?

C’est quand même étonnant que le président de la République cherche à dire aux journaux comment se comporter, non? Longue tradition de dirigisme étatique peut être.

Surtout, il devrait laisser la liberté à la presse écrite de trouver son équilibre sur internet. Si mettre ses articles en ligne gratuitement était un non-sens, les gestionnaires de presse ne le feraient pas.

Ou peut-être que Sarkozy ne s’informe justement pas assez sur ce sujet…

1 commentaire

Classé dans Actualités

Lemonde.fr fait (un peu) peau neuve

Ce matin, petite surprise. Lemonde.fr a changé légèrement la mise en page de ses articles. Exemple avec cet article.

Peau neuve

Le changement se révèle plutôt réussi. Une typographie plus grande et plus large qui rend la lecture plus agréable. Des titres plus visibles.

Des cases « sur le même sujet » ou réactions plus grosses, avec un nouveau code couleur bien choisi. Enfin, des galeries de possibilités (partage, note, mail,…) placées de manière plus visibles: au dessus et en dessous plutôt qu’à côté.

Poster un commentaire

Classé dans Actualités